Maquis de Lasalle
 

 

 

 

Dès 1941 après la défaite , une réunion regroupant des responsables de la section socialiste de Lasalle a lieu à La Maillerie .
Bompard ,instituteur , conseiller d’arrondissement (correspondant au conseiller général de maintenant) en est l’instigateur .
Y participent entre autres : Arthur Martin , boucher , Paul  Salles ,Elie Guiraud  , Louis Rouvière , Georges Gervais ,Arthur Puech , Fernand Puech ,  le commandant Faïsse  qui sera le maire de Lasalle à la Libération , en présence de Michel Bruguier qui deviendra le commandant Audibert.
Une autre réunion aura lieu fin 42 chez le commandant Faïsse .
Sans arme , sans liaison cela ne pouvait aller bien loin si ce n’est de savoir qu’il y avait des hommes prêts à se battre .

Malgré leur charisme , leur volonté  , ni Rascalon et son épouse à Nîmes , ni Robert Francisque , Guy Arnault ou Jean  Viala  à Lasalle n’auraient pu continuer leur œuvre si une partie de la population n’avait pris faits et cause pour eux et ne les avaient aidés .
Déjà par leur silence : que ce soit à Saumane ,au Bidil , à Soudorgues , à Lasalle  , à Colognac , tous les habitants connaissaient la présence des réfractaires .
Il y eut bien sûr quelques défaillances , dont certaines eurent des conséquences néfastes mais  c’était difficilement évitable .

Les Cévenols pratiquent une réserve traditionnelle à l’égard des nouveaux venus et des autorités .mais le faible , le recherché aura toujours sa faveur .
De plus , une grande partie des jeunes  étaient appelés à partir en Allemagne dans un premier temps  pour la « relève » des prisonniers et dans un deuxième temps ,  à compter de février 1943 pour le STO (service du travail obligatoire ). Ce qui explique le nombre de plus en plus important de jeunes cherchant à fuir avec la complicité de leurs familles .

Les aides furent diverses : alimentaires , vestimentaires , . Les restrictions étaient importantes surtout en ville  De nombreux commerçants , bouchers , boulangers pâtissiers , alimentation , mais aussi tabac , chaussures , pharmaciens , droguistes  , de nombreux paysans essayèrent de ravitailler au mieux les maquis mais c’était souvent insuffisant surtout au début .
Les tickets de rationnement instaurés  par le régime de Vichy étaient très demandés . Les secrétaires de mairie détournèrent  de nombreux tickets au profit des jeunes maquisards